Diabète sucré et traitements : quelles sont les 4 situations particulières ?

Vous êtes concerné(e)s par le diabète sucré et vous lisez les blogs et conseils sur internet ?
Savez-vous qu’il existe des situations particulières, qui ne rentrent dans aucune case, et qu’il faut connaitre ?

  1. Si vous êtes diabétique de type 1 traité par schéma appelé « basal-bolus » ou pompe d’insuline :

    • Durant le repas, vous pouvez adapter la dose d’insuline rapide en fonction de la quantité de glucides que vous ingérez. On appelle cela l’insulinothérapie fonctionnelle. Si vous prenez un encas important, vous devez faire une injection d’analogue d’insuline rapide supplémentaire. Cela vous évitera un pic glycémique ! Parlez-en à votre médecin.
  2. Lorsque vous faites de l’activité physique :

    • Si vous êtes insuliné : Vous devez diminuer la dose d’insuline rapide que vous injectez avant votre activité physique. Si celle-ci n’a pas été prévu (activité physique sur un coup de tête 🙂 ) n’oubliez surtout pas d’ingérer une collation avec de glucides durant l’activité (idéalement, 10 à 20g de glucides toutes les 30 min est conseillé). Et dans les 2 cas, votre repas suivant l’activité physique devra contenir une part plus élevée de glucides à index glycémique bas !
    • Si vous êtes diabétique de type 2 sous hypoglycémiants oraux : n’oubliez pas de prendre une collation glucidique en plus durant votre activité physique !
  3. Lorsque vous avez une néphropathie diabétique :

    • Il est nécessaire de limiter les apports protidiques (le calcul est le suivant : 0,8 g/kg de poids idéal. Donc si votre poids idéal est 70 kg, 56g d’apport protidiques est conseillé.
  4. Les autres cas particuliers :

    • Dans le cas où vous avez de l’obésité abdominale et que vous êtes diabétique de type 2, il n’existe pas encore de résultats diététiques probants. Les chercheurs suspectent que les acides gras trans favorisent ce type de surpoids. Il n’existe malheureusement pas encore d’étude sur le terrain qui porte sur la réduction de l’ingestion des acides gras trans !
    • Les études sur les effets métaboliques de la diététique dit « méditerranéenne » ou « crétois  dans la population diabétique ne sont pas très cohérents. Il n’existe donc aucune preuve de leur bienfait !
PARTAGER

Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/11/d572738063/htdocs/MethodCO_Online/Blog/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 997