Ballon gastrique : les 12 complications

Les complications du ballon gastrique peuvent nous empêcher de le poser.

Ballon gastrique : quelles sont les complications ?

Les complications durant la pose, le suivi et la dépose du ballon gastrique sont multiples. Il est nécessaire de les connaitre afin de préparer au mieux la pose et de connaitre les risques.
Evidemment, il ne s’agit que de risques et ceux-ci doivent être jaugés selon votre physiologie.

Enfin, n’oublions pas que le ballon est un starter important pour perdre du poids et des milliers de personnes posent des ballons chaque année.

Pour plus de questions et de détails, n’hésitez surtout pas à vous renseigner directement avec votre médecin afin qu’il vous donne la démarche à suivre !

En analysant les complications, on remarque qu’elles sont de plusieurs sortes :

  • Liées à la mise en place ou à l’extractation du ballon
  • Mécaniques (c’est-à-dire dues au ballon lui-meme)
  • Fonctionnelles (c’est-à-dire tous les effets secondaires qui peuvent arriver)
  • Métaboliques

Les 12 complications

Les 12 complications à la pose et à la dépose sont les suivantes :

  1. Endoscopie digestive haute (perforation ou hémorragie digestive, inhalation bronchique par reflux gastrique, troubles du rythme cardiaque)
  2. Anesthésie, intubation (à définir)
  3. Dans 1 à 3 % des cas, il existe une intolérance à l’opération gastrique entraînant l’ ablation du ballon au bout d’une semaine
  4. Rupture œsophagienne lors de la dépose
  5. Incarcération œsophagienne
  6. Inhalation lors de la pose ou de la dépose (cependant prévenue par l’intubation systématique).
  7. Constipation, éructations nauséabondes, ballonnement, Crampes abdominales nausées, vomissements, épigastralgies, Brûlures rétro-sternales (0,5 % à 1,8 % des cas), fréquents les premiers jours pouvant entraîner rarement une hypokaliémie, une déshydratation (1,6 %) ou un retrait du ballon (1,8 % à 4,2 %) . En général l’estomac s’adapte à la présence du ballon en quelques jours, ce qui entraine une augmentation de la sécrétion d’acide et des contractions de l’estomac sur le ballon.
  8. Des vomissements incontrôlés ou négligés peuvent être à l’origine de déshydratation, d’alcalose métabolique, d’hypokaliémie et aussi d’insuffisance rénale fonctionnelle.
  9. Crampes abdominales, des nausées, des vomissements, des brûlures à l’estomac ou à l’oesophage pendant les jours qui suivent la mise en place du ballon.
  10. Si le régime n’est pas équilibré, alors il peut entraîner une perte de cheveux, une sécheresse cutanée, une fragilisation des ongles et/ou une constipation. Le suivi de l’amaigrissement par un nutritionniste permet en général d’éviter les carences.
  11. Perforation gastrique (0,1 % à 0,2 %), qui peut nécessiter une intervention chirurgicale urgente avec un risque vital.
  12. Migration du ballon gastrique conduisant généralement à une occlusion intestinale (0,2 % à 0,8 %).

Le geste à avoir : contacter votre équipe médicale

Finalement, il faudra prévenir rapidement votre médecin gastroentérologue devant tout symptôme anormal :

  • Douleurs abdominales,
  • Brûlures de l’estomac et de l’oesophage,
  • Ballonnement abdominal inhabituel
  • Fièvre
  • Urines de couleur bleue
  • Arrêt de l’amaigrissement et de la sensation de satiété (peut être liés au dégonflement du BIG).
Ceci est la photo de présentation du bilan gratuit minceur de MethodCO.
PARTAGER