Obésité et thérapies comportementales : les 5 comportements à avoir

Avez-vous entendu parler des thérapies comportementales (TCC pour thérapies Comportementales et Cognitives) ? Et savez-vous comment cette approche peut vous aider dans le cadre de l’obésité ?

Voici, en résumé, les 5 comportements essentiels à avoir qui nous sont appris par le TCC. A noter que cela ne remplace en rien une consultation avec un expert TCC :

  1. Ayez des objectifs réalistes

    • Lorsque vous êtes obèse (ou proche de l’être), vous cherchez en général à perdre du poids rapidement. Il est vrai que réaliser un régime sévère permet de VOIR des résultats concrets. Et vous supposez qu’ensuite vous pourrez manger comme avant sans reprendre de poids. ERREUR. Vous ne pouvez que perdre 1 à 3 kg par mois au afin de limiter au maximum le risque d’avoir des troubles du comportement alimentaire. Les jeûnes par exemple entraînent énormément d’hypoglycémie, qui se transforme très souvent en hyperphagie… Lorsque vous envisagez une modification du comportement, vous devez le planifier pour du long terme. Quels changements sont alors possibles ?
  2. Restez motiver au changement

    • Vous voulez perdre du poids. C’est incontesté. Afin d’augmenter vos chances à long terme, il est nécessaire de mettre en place de petits changements progressifs. Et cela avec un expert. Fixez vous des objectifs ensembles. Mais surtout des objectifs réalistes ! Retenez bien que si vous perdez 5 à 10% de votre poids initial, vous réduisez de façon très important les risques et les co-morbidités qui sont associés à l’obésité. Ce changement doit intervenir au bon moment dans votre vie. Si vous avez des problèmes personnels ou professionnels, il sera difficile de rester motivé. Reflechissez-y ! de plus un dernier conseil est de se faire soutenir par des proches. Ensemble on est plus fort !
  3. Surtout structurer vos repas

    • Il est nécessaire de structurer progressivement votre alimentation. Ceux qui veulent perdre du poids vont souvent faire ce qu’on appelle de la «restriction cognitive» : cela veut dire que vous avez des « croyances » sur ce qu’il est bon de faire ou de manger pour perdre du poids. Cela vient souvent des règles que vous trouvez dans les magazines, la TV, vos amis, etc. Alors que vous devez plutôt vous fier à vos sensations pour gérer votre alimentation. Il est donc important d’apprendre à manger de tout … mais pas tout le temps ! Fiez-vous à votre SATIETE. Pensez à prendre des collations afin que la durée entre les repas ne soit pas trop longue. Lorsque l’on mange, et c’est important, on ne fait que ça ! Vous devez manger assis, très lentement, vous concentrer sur vos sensations, et surtout sans rien faire d’autre. Evitez de finir les restes et apprenez à jeter. C’est important. Le moment des courses est également important : on planifie ses courses (c’est mieux de le faire après le repas), achetez moins d’aliments et gérez les aliments «à risque».
  4. Repérez ce qui déclenche vos grignotages et autres crises alimentaires

    • Ceux-ci peuvent être multiples et difficiles à identifier. Par exemple, si vous mangez de façon désorganisés et que vous avez des aliments «interdits», cela peut déclencher des crises dûes à la faim et à l’envie. L’habitude peut jouer aussi (je mange du chocolat avant de me coucher). Et les émotions que vous avez aussi ! Et oui, la nourriture devient un anesthésiant sur les émotions. Mais de façon très brève malheureusement.
  5. Trouvez vos propres stratégies

    • Si vous avez repérés ce qui déclenche vos crises alimentaires, alors VOUS devez trouver des «stratégies» afin de les repousser ou de les éviter. Et vous devez avoir plusieurs stratégies pour chaque crise : une à court terme ET une à long terme ! Nous savons que cela ne marchera pas à tout les coups, mais en s’accrochant cela se transformera dans une habitude saine. Il faut vous accrocher ! Bon courage 🙂
PARTAGER