Diabète de type 2 : nos 8 conseils diététiques

Diabète de type 2 : prise d'insuline.
  1.  Rappels physiologiques du diabète de type 2

Tout d’abord, le diabète de type 2 se caractérise par une hyperglycémie chronique liée à un déficit relatif en insuline et une résistance tissulaire à l’insuline. Cette dernière est une hormone qui va agir sur les glucides (en priorité) et les lipides. L’augmentation de la glycémie (taux du sucre dans le sang) stimule ainsi la sécrétion d’insuline. Puis cela va favoriser l’utilisation du glucose (sucre) par les cellules et la mise en réserve de ce dernier. Elle stimule également la fabrication des graisses. Et la glycémie normale, à jeun, se situe entre 0.8g/L et 1.20g/L. Si le taux est supérieur à 1.26 g/L, on parle alors d’hyperglycémie. Pour parler de diabète, c’est-à-dire d’hyperglycémie chronique, il faut que la glycémie soit supérieure à la normale à deux reprises, à jeun, à des dosages espacés de 8h.

Le diabète de type 2 est très fréquent chez les personnes de plus de 40 ans, présentant un surpoids et ayant un mode de vie sédentaire.

  1. Traitement

Ensuite, le traitement du diabète de type II se fait par une prise en charge hygiéno-diététique (régime contrôlé en glucide), éventuellement par des antidiabétiques oraux.

Si ses traitements ne fonctionnent pas, vous pourrez alors avoir recours à des injections d’insuline. On parle ainsi de diabète insulino-requérant. Il y aura la possibilité d’utiliser différent type d’insuline : une dite lente (duré de vie de 24h) et l’autre dite rapide (durée de vie de 4h). Il existe également des insulines mixtes qui mélangent lente et rapide. Ce traitement sera mis au point avec votre diabétologue.

  1. Quelques notions importantes

Enfin, et comme nous l’avons bien compris, il faudra faire attention aux sucres mais ce n’est pas pour autant que les aliments sucrés doivent être exclue, loin de là.

Il existe deux principaux types d’aliments apportant des glucides :

  • Les aliments au goût sucré (dits « glucides simples») : les plus connus sont le sucre blanc, le miel, les confitures, les sodas divers, les desserts instantanés, etc. On trouve aussi du sucre, mais en plus faible proportion, dans le lait, les fruits… ;
  • Les féculents (glucides complexes = amidon) : souvent, les aliments de cette catégorie n’ont pas le goût sucré. Ils produisent pourtant du glucose dans le tube digestif. Les céréales, le pain, les pommes de terre, les haricots blancs, les lentilles… sont des glucides complexes.

L’index glycémique (Ig) détermine le pouvoir glycémiant d’un aliment dans les deux heures suivant son absorption, c’est-à-dire, son potentiel à faire monter la glycémie. Les aliments à indice glycémique bas font monter progressivement la glycémie. Les aliments à indice glycémique élevé provoquent rapidement une élévation de la glycémie. Cet index n’est valable que si l’aliment est consommé seul. Le fait de manger d’autres aliments en même temps (protéines, fibres…) permet d’abaisser l’index glycémique d’un aliment. Il est conseillé de limiter la consommation des aliments à indice glycémique élevé (en dehors de certaines situations, comme l’hypoglycémie), et de ne pas les prendre en dehors des repas.

Vous pouvez aussi prendre en compte que l’index glycémique d’un aliment change :

  • Si l’aliment glucidique est associée à d’autres aliments (protéines, lipides, fibres sous formes de légumes verts notamment)
  • Ainsi qu’en fonction de la texture des aliments : plus l’aliment sera très cuit, mou ou liquide, plus la digestion sera rapide, et plus l’effet hyperglycémiant sera immédiat.

Par exemple : un fruit entier fera moins rapidement monter la glycémie qu’un fruit en compote.

  1. Objectifs et astuces diététiques

Pour le diabète de type II, un régime diététique spécifique (contrôlé en sucre) peut suffire à équilibrer la glycémie et à limiter l’hyperglycémie post-prandiale qui constitue un facteur de déséquilibre important.

Pour cela, il est donc conseillé de :

  1. Faire ses 3 repas par jour
  2. Essayer d’avoir des légumes à chaque repas puis faire un panachage (mélange féculent et légume)
  3. Favoriser les fruits plutôt que les pâtisseries
  4. En cas de fringale, vous pouvez préférer les yaourts et les fruits aux gâteaux
  5. Eviter surtout de se resservir
  6. Essayer de marcher le plus possible
  7. Enfin, il faut que vous mangiez dans le calme et à heure fixe !
  8. Puis, il est également conseillé de diminuer les graisses saturées pour éviter le risque de maladie cardiovasculaire.

Pour cela, il faut :

  • Éviter les charcuteries et les plats de type: choucroute,
  • Ne manger du fromage qu’une seule fois par jour
  • Privilégier les huiles et les margarines végétales
  1. Situations particulières

Le cas de l’hypoglycémie : Lors d’un traitement par insuline, il se peut que l’on soit victime d’hypoglycémie. Une Hypoglycémie correspond à un taux trop faible de sucre dans le sang (donc une glycémie inférieure à 0.60g/l). Elles se reconnaissent ainsi facilement par l’un ou plusieurs de ses symptômes :

  • Maux de tête
  • Tremblements
  • Sensation de faim
  • Transpiration abondante
  • Vue trouble
  • Ou grosse fatigue

Si vous ressentez l’un ou plusieurs de ses symptôme, il est alors nécessaire que vous vérifiez immédiatement votre glycémie !

En cas d’hypoglycémie, la conduite que vous devez tenir est la suivante :

  • Tout d’abord, vous pouvez prendre au choix :
    • 3 morceaux de sucre
    • 1 briquette de jus d’orange
    • ½ canette de soda
    • 2 cuillères à soupe de sirop
    • ou 1 cuillère à soupe de confiture
  • Enfin, quand la glycémie est revenue dans les normes, 2 cas sont alors possibles :
    • Si le repas suivant est proche (moins d’une heure après), alors il faut ne rien prendre de plus (et si possible avancer le repas).
    • Si le repas suivant est éloigné (plus d’une heure après), alors vous pouvez prendre une collation d’attente (2-3 biscuits par exemple).
  1. Aliments conseillés

Groupe Aliment conseillé
Produit laitier Lait écrémé ou demi-écrémé

Fromage blanc ou yaourt

Petit suisse

Tous les fromages

Viande Bœuf, veau, cheval, poulet, lapin, pintade, dinde, dindonneau, gibier, filet mignon de porc, canard, jambon cuit, foie et autre abat
Poisson Tous les poissons

Crustacés et fruit de mers

Oeuf oui
Féculent Pain

Biscottes, pains grillés

Pomme de terre, riz, pâtes, maïs, semoule, blé

Légume secs (lentilles)

Farines

Selon les quantités conseillées

Légumes A consommer cru ou cuits, en garniture ou en potage :

tous permis

Fruits A consommer crus ou cuits nature, sans sucre

Conserves de fruits au naturel, sans sucre

Matière grasse beurre allégé

Huiles végétales

Margarine

Crème blanche

Produit sucré Edulcorant : « faux sucre »

Cacao sans sucre : Van Houten, Poulain

Boisson Toute sauf boisson sucré, bière, cidre doux, jus de fruits industriel à base de jus concentré

 

  1. Equivalence glucidique

Equivalence glucidique apportant chacune 20g de glucides
1 tranche de pain de 40g =

(1/6 de baguette)

3 biscottes

2 petites tranches de pain complet

4 petits beurre BRUN ou LU®

Un croissant ordinaire

Une brioche

Un pain au lait

Une part de féculents (100g)

1 part de féculents de 100g = 100g de pommes de terre

2 cuillères à soupe de purée de pomme de terre

10 grosses frites (exceptionnellement)

25g (poids cru) de pâtes, riz, semoule, légumes secs

100g (poids cuit) de pâtes, riz, semoule, légumes secs, maïs (soit 3 cuillères à soupe)

100g d’igname, fruit à pain, patate douce

70g de banane plantain, manioc

4 châtaignes

3 cuillères à soupe de farine

40g de pain

1 fruit frais = 5%    400g de fraises, pastèque, coing, framboises, noix de                    coco, goyave, groseille
10%    200g de poire, pomme, prune, mirabelles, ananas, mûre, myrtille, cassis, melon, clémentine, abricot, kiwi, pamplemousse, orange, pêche, pêche, nectariine, fruit de la passion, figue de barbarie, papaye
15%     150g de raisin, kaki, cerises, mangue, grenade, figue fraîche, litchi
20%     100g banane
1 portion de légumes = 200g de carottes cuites, petits pois extra-fins, salsifis, betteraves, oignons, 3 fonds d’artichaut

Les autres sont aussi à consommer en quantité non contrôlée (selon votre appétit)